L'aménagement de la voie verte Roscoff-Concarneau avait débuté en 2002.

 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2016/05/28/l-amenagement-de-la-voie-verte-roscoff-concarneau-avait_2917290.jpg

L'aménagement de la voie verte Roscoff-Concarneau avait débuté en 2002.

Ces samedi et dimanche, sera inauguré le dernier tronçon aménagé de la voie verte V7, qui relie Roscoff à Concarneau. Avec 1.700 km de véloroutes et voies vertes, la Bretagne est dans le peloton de tête des régions françaises qui misent sur le tourisme à vélo. Un sacré atout quand on sait qu'entre 2013 et 2014, la fréquentation de ces voies a progressé de 12% au niveau national.

La V7, qui serpente dans la campagne bretonne de la Manche à l'Atlantique, est la première véloroute d'intérêt régional achevée en Bretagne. Elle a repris en partie le tracé de l'ancienne voie de chemin de fer Morlaix-Carhaix, inaugurée en 1891. Jusqu'au Port de Carhaix, elle se confond avec la Vélodyssée qui descend jusqu'à Hendaye, dans le Pays Basque. La V7, elle, met cap au sud à travers les Montagnes noires pour rejoindre Gourin, Scaër et enfin Concarneau et sa ville close.



image: http://www.letelegramme.fr/images/2016/05/28/voies-vertes-le-reseau-breton-se-muscle_2918276_540x708p.jpg

Les premières bornes de cet itinéraire ont été posées en 2002 au départ de Roscoff. « Sur un tracé de 147 kilomètres, 95 kilomètres sont en site propre, explique Patrick Grulier, de la Direction des déplacements du Conseil départemental du Finistère. C'est-à-dire que la bande cyclable aménagée sur le tracé d'anciennes voies ferrées est interdite aux véhicules à moteur. Un gage de sécurité pour les familles. »

De l'Atlantique à la Manche

L'aménagement de cet axe a nécessité 4,5 millions d'euros d'investissements, cofinancés par le Département, la Région et les communes traversées.

 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2016/05/28/voies-vertes-le-reseau-se-muscle_2918051_540x324p.jpg

600 km de véloroute du littoral

Dans les mois à venir, la collectivité va poursuivre sa politique d'aménagement et de fléchage. « Nous travaillons sur le tracé de la véloroute du littoral finistérien qui, logiquement, totalisera 600 kilomètres à l'horizon 2020. À ce jour, 200 kilomètres sont aménagés et fléchés. Il s'agit principalement de voies partagées, de petites routes de campagne, poursuit Patrick Grulier. Cet itinéraire est aussi axé sur le patrimoine. Des détours sont proposés aux usagers pour découvrir des monuments et des chapelles ».

De très bonnes retombées économiques

Autre gros projet suivi par le Département, l'aménagement de l'ancien chemin de halage du canal de Nantes à Brest en véloroute. Soit 80 kilomètres de linéaire de Châteaulin aux Côtes-d'Armor. À terme, cette voie serait incluse dans le tracé de la voie verte V6 de Camaret à Vitré (35). Jusqu'à présent, et on le sait peu, l'usage du vélo, le long du canal, n'est que toléré dans sa partie finistérienne. Plus les années passent et plus les voies vertes consolident l'activité touristique de notre région. Une étude réalisée il y a trois ans par le Comité régional du tourisme faisait état de 4,1 millions d'usagers recensés par an sur ces axes. Aux deux-tiers, il s'agit de cyclistes qui y roulent d'avril à novembre. Certains sur de très longues distances. Les piétons et randonneurs, par contre, habitent généralement à proximité de l'endroit où ils vont marcher.

Les touristes étrangers sont très présents sur les voies vertes. Ils représentent 24 % des usagers.

Cette étude démontre également que les retombées économiques pour la région sont de l'ordre de 37,2 millions d'euros par an. Soit 15.000 euros par kilomètre de voie. Un bon niveau de rentabilité, sachant qu'en moyenne, un kilomètre de voie aménagée coûte à la collectivité 100.000 euros.

Source :
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/voies-vertes-le-reseau-se-muscle-28-05-2016-11084678.php?xtor=EPR-3-[quotidienne]-20160528-[article]&utm_source=newsletter-quotidienne&utm_medium=e-mail&utm_campaign=newsletter-quotidienne#tbZZByR8U2lpgql1.99