lundi 23 juin 2014

Esperanto

Mis en ligne par,

Source :

Via Facebook, Simone H.

 

Posté par evynou35 à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 18 juin 2014

Le petit Prince

 

Merci à mon amie Annie qui a mis ce texte sur son mur Facebook ce jour. 

Source : 

https://www.facebook.com/annie.levourch.5

 

Posté par evynou35 à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 14 juin 2014

Le Comte de Monte-Cristo, tome 1

Le Comte de Monte-Cristo, tome 1 par Dumas

Alexandre Dumas

 Éditeur : Le Livre de Poche (2002)

« Attendre et espérer », voilà toute la sagesse d'Edmond Dantès. Fier marin sur le point d'être nommé capitaine et d'épouser sa bien-aimée, Mercédès, il est arrêté.

Dénoncé comme bonapartiste, il est enfermé au château d'If et attendra quatorze ans sa délivrance et sa vengeance. Elle sera terrible.

Edmond Dantès est devenu riche et titré. Son vieux compagnon de cellule, l'abbé Faria, en lui révélant son secret, l'a fait comte de Monte-Cristo.

Après sa spectaculaire évasion, les fortunes se font et se défont au gré de son implacable volonté. Dumas raconte ces aventures extraordinaires avec génie.

« Il lui a fallu des excès de vie pour renouveler cet énorme foyer de vie», disait.George Sand, admirative.

 

 

 

Source :

http://www.babelio.com/livres/Dumas-Le-Comte-de-Monte-Cristo-tome-1/610083

Posté par evynou35 à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

La terre - Emile Zola

Emile Zola - Editeur : Gallimard (1980)

Résumé :

«La Terre.C'est l'héroïne de mon livre. » Terre que le paysan pénètre et féconde de ses mains, terre généreuse ou ingrate, chèrement acquise ou convoitée. Jean,le frère de Gervaise , dans L'Assommoir, est valet de ferme en Beauce.

Il aime et veut épouser une fière gamine, Françoise. Mais le beau-frère de celle-ci, le fruste Buteau, multiplie les obstacles. S'il y a mariage, il y aura partage.

Après avoir dépouillé ses propres parents, il voudrait encore dépouiller la jeune fille. Ce quinzième volume des Rougon-Macquart est une terrible évocation de la terre et des paysans.

Les crimes que cette terre suscite ne sont pas imaginaires, Zola a fouillé les gazettes de province. La terre est dure mais elle colle aux pieds du laboureur.

Il se battra pour en avoir plus. Il se battra pour la protéger de l'ennemi. Il l'aimera plus qu'aucune femme.

 

Source :

http://www.babelio.com/livres/Zola-Les-Rougon-Macquart-t-15-La-Terre/613713


 

Posté par evynou35 à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 13 juin 2014

Bien-être et relaxation

 

La natation

Qu'elle soit sport de loisir ou compétition, toute activité dans l'eau ou sur l'eau réconcilie le corps avec le mouvement.

Bien-être

L'allègement du poids du corps en immersion étant de 80 %, l'activité physique en milieu aquatique est la forme la plus complète qui soit. L'eau permet des mobilisations articulaires amples, des efforts musculaires en douceur (pas de tassements vertébraux) et une respiration plus profonde.

Relaxation

Délivré des efforts de l'orthostatique (tenir debout), le baigneur ressent une profonde détente musculaire, voire une détente totale en faisant la planche et en s'aidant de petits flotteurs placés sous la nuque et sous les tendons d'Achille. Cet état d'apesanteur peut durer 20 à 30 minutes. Bénéfice : relâchement des tensions musculaires et rééquilibre du rythme biologique et mental. Un atout supplémentaire : bouger dans l'eau provoque un effet centrifuge, véritable auto-massage qui pulvérise le stress.

La brasse : idéale pour tonifier pectoraux et muscles des bras.

Le dos crawlé : recommandé pour ceux qui souffrent de la colonne vertébrale.

Le crawl : c'est la nage qui permet le déplacement le plus rapide, mais exige de synchroniser respiration et mouvement des bras.

La nage papillon : réclame une grande coordination de tout le corps.

Bonne détente !

 

Source :

https://www.proteina21.com/

Posté par evynou35 à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Ah vélo oui… Mais électrique !

VAE Tomybike

 

Selon les dernières statistiques de la l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique*, les ventes de vélos à assistance électrique (VAE) ne se sont jamais aussi bien portées en France avec 56.000 bicyclettes vendues en 2013 (+17,5%) ! Alors en selle !

Pratiquer une activité physique au grand air, soit ! Mais sans pour autant revenir chez soi ou arriver au bureau, suant et brisé par un long trajet à vélo…
 
Pour cela il existe le vélo à assistance électrique. La fameux VAE. Or, il faut savoir que même équipée d’un petit moteur, ce type de bicyclette demande un minimum d’efforts. Certes, sans commune mesure avec le vélo traditionnel mais tout de même !
 
Voilà pourquoi ce concept s’avère particulièrement intéressant pour les seniors qui peuvent profiter des joies de la bicyclette (en écoutant Yves Montand sur leur MP3) sans pour autant revenir exténués d’une longue balade dans les bois ou tout simplement d’un déplacement en ville !

De nos jours, les stéréotypes vis-à-vis du vélo électrique ont évolué… Cette bicyclette n’est plus associée à un vélo de « fainéants » comme cela a pu être le cas lors de son lancement à la fin des années 90. Le VAE est maintenant reconnu comme un véritable mode de transport alternatif (écolo, urbain, pratique et économique).
 
Dotés d’un moteur alimenté par une batterie amovible, ces deux-roues affichent une autonomie moyenne de 40 à 80 km et permettent de rouler jusqu’à 25 km/h. Quant aux prix, il faut compter de 600 euros à 3.000 euros TTC.
 
Précisons que pédaler, même sans trop d’efforts, stimule la circulation sanguine et agit positivement sur l’activité pulmonaire. D’ailleurs, de nombreux médecins recommandent la pratique du vélo en complément d’un traitement des maladies cardio-vasculaires, orthopédiques ou pulmonaires ou aux diabétiques, généralement exposés à des problèmes de surpoids.
 
Bon à savoir, certaines collectivités locales, bien conscientes des bénéfices de la pratique du vélo (embouteillages et santé), ont lancé plusieurs actions en faveur de son développement. Aujourd’hui plus de 200 villes en France encouragent l’achat de VAE et proposent des aides financières (entre 20% et 40% du prix jusqu’à un plafond de 400 euros). C’est le cas par exemple de Paris, de Toulouse, de Nancy, de Nantes, de la région PACA, de Caen, de Bordeaux, d’Arras, de Lyon…

 

 

Source :

http://www.senioractu.com/Ah-velo-oui-Mais-electrique-_a17073.html

Posté par evynou35 à 15:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 12 juin 2014

La Provence - Les Beaux Villages Perchés

 

Source :

https://www.youtube.com/watch?v=5q1k6Gbd1tM&feature=youtu.be

 

Posté par evynou35 à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 11 juin 2014

La crise des intermittents du spectacle en cinq questions

Les intermittents du spectacle grévistes installent une banderole détaillant leurs revendications le 6 juin 2014 à Montpellier

Les intermittents du spectacle grévistes installent une banderole détaillant leurs revendications le 6 juin 2014 à Montpellier Sylvain Thomas AFP

SOCIAL - Pour éviter que la saison des festivals ne soit menacée, Aurélie Filippetti a annoncé ce mardi l'avancement de la concertation avec les intermittents du spectacle sur la question de leur système d'indemnisation...

La nomination par le gouvernement du député PS Jean-Patrick Gille comme médiateur le 7 juin dernier n’aura pas calmé la grogne des intermittents, qui menacent de perturber la saison culturelle si l’accord du 22 mars dernier n’est pas suspendu. Le calendrier de la concertation tripartite a donc sérieusement été avancé «au début de l’été». 20 Minutes vous exlique le mouvement des intermittents en cinq questions.

Qu’est-ce que le régime des intermittents?

C’est un régime dérogatoire qui concerne les artistes généralement, car être intermittent est un statut, pas un métier. Musiciens, comédiens, régisseurs ou encore techniciens sont éligibles à ce régime. Souvent employés de manière précaire, les intermittents bénéficient d’un système d’assurance chômage spécifique. En cotisant moins longtemps que ceux qui sont soumis au régime général, ils perçoivent des allocations plus élevées. Un système qui permet de compenser la précarité des intermittents, dont le salaire médian annuel s’élève à 13.700 euros, contre 18.400 euros pour les salariés du secteur privé.

Pourquoi réformer le régime des intermittents?

Parce qu’il coûte cher et plombe les comptes de l’Unédic. Dans un rapport publié en novembre 2013, la Cour des comptes fustige le «déficit chronique» du régime des intermittents qui atteindrait 1 milliard d’euros chaque année, soit le quart du déficit annuel de l’assurance-chômage. Un surcoût qui ne s’élèverait «qu’à» 320 millions d’euros selon le rapport parlementaire de Jean-Patrick Gille.

Pourquoi les intermittents refusent la réforme?

Parce qu’elle durcit l’accès au statut d’intermittent. Face au patronat, qui avait réclamé la suppression du statut d’intermittent, le gouvernement se targuait d’avoir sauvé le régime dérogatoire avec la signature d’un accord le 22 mars dernier. Un accord qui ne ravit pas les professionnels du spectacle, d’abord parce qu’il plafonne les indemnités à 5.475 euros brut par mois, des indemnités qui pourraient être versées en «différé» pour près de la moitié des concernés. Ensuite parce qu’il prévoit l’augmentation de deux points des cotisations sociales des intermittents, soit une perte de salaire net de 0,8 %. Enfin parce que l’accord ne remet pas en cause le dispositif mis en place par la réforme de 2003 qui ne prend pas en compte l’ensemble des heures travaillées (le temps de répétition par exemple).

Faut-il craindre une grève des intermittents?

Commencée dès l’ouverture du Printemps des Comédiens à Montpellier, la grève a d’ores et déjà été reconduite et a entraîné l’annulation de plusieurs représentations. En 2003 déjà, une réforme durcissant l’accès au statut d’intermittent avait suscité un élan de contestation. Conséquence, le Festival d’Avignon avait dû être annulé. Le gouvernement a donc tout intérêt à éviter une nouvelle mobilisation des professionnels du spectacle qui, si elle prenait de l’ampleur, pourrait mettre en péril la saison des festivals, qui démarre à peine.

Quelles sont les propositions de réforme?

Jean-Patrick Gille, le nouveau médiateur, propose de «faire contribuer davantage les intermittents les mieux insérés sur le marché du travail». Les revenus les plus élevés cotiseraient plus pour être moins indemnisés. Dans son rapport parlementaire, le député propose également d’augmenter le nombre de spectacles vivants labellisés par le ministère de la Culture, ce qui permettrait d’améliorer le niveau de vie des plus bas salaires.

La Cour des comptes préconise la mise en place d’un taux de cotisation variable pour les employeurs. Ceux qui auraient le plus recours à des contrats d’intermittence cotiseraient davantage.

Enfin, la lutte contre les abus serait au cœur du dispositif pour enrayer le déficit du régime. En ligne de mire, les sociétés de production audiovisuelle, qui emploient à des postes réguliers des intermittents. Des «permittents» qui profitent du régime des professionnels du spectacle en cumulant salaires et indemnités. Un système qui arrange aussi leurs employeurs, qui versent des rémunérations plus basses.

Anissa Boumediene
Source :
http://www.20minutes.fr/societe/1398074-la-crise-des-intermittents-du-spectacle-en-cinq-questions#xtor=EPR-182-[welcomemedia]--[article_societe]--

Posté par evynou35 à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 9 juin 2014

Bravo les gars !

 

Les Français Julien Benneteau et Edouard Roger-Vasselin ont remporté le double messieurs en dominant la paire espagnole Granollers-Lopez en deux manches 6-3, 7-6 (7/1).

C'est la première fois depuis le succès de Yannick Noah et Henri Leconte en 1984 que des joueurs hexagonaux s'imposent dans cette épreuve.

L'an passé, Nicolas Mahut et Michaël Llodra s'étaient cassé les dents en finale sur les redoutables Américains Bob et Mike Bryan.

Benneteau avait déjà remporté 9 titres en double et une médaille de bronze olympique tandis qu'il s'agit du huitième trophée pour Roger-Vasselin. C'est la première fois de leur carrière que les deux hommes remportent un tournoi du Grand Chelem.

« C'est un bonheur de gamin, c'est exceptionnel. Il n'y a pas de mots pour décrire cela. En plus c'est une victoire devant la famille et les amis », a réagi sous l'émotion Roger-Vasselin avant de recevoir la coupe des mains de Leconte.

Les deux joueurs hexagonaux ont eu droit à une chaleureuse « Marseillaise » chantée par le public.

Poussés par leurs supporteurs du court central, Benneteau et son compère ont attaqué la partie pied au plancher, se créant de multiples occasions de break (8 au total dans la première manche) dès le deuxième jeu de service de leurs adversaires.Les joueurs espagnols tenaient bon mais ce n'était que partie remise pour les Français qui allait réussir à les faire plier en étant plus mordants sur les retours de service.

Dans le deuxième set, les Français prenaient une option sur la victoire finale en breakant d'entrée Granollers et Lopez. Mais les deux espagnols, sacrés en 2012 lors du Tournoi des maîtres à Londres, allaient revenir progressivement dans la partie en matraquant les Français à la volée.

Ils chipaient un jeu de service au Français pour égaliser à 3 partout. Les Français redoublaient d'efforts mais leurs adversaires ne voulaient pas lâcher prise.

Il fallait attendre le tie break pour voir définitivement s'envoler Benneteau et Roger-Vasselin. Se sentant pousser des ailes dans ce jeu décisif, les Tricolores, qui avaient vécu ensemble la qualification de l'équipe de France en demi-finale de la Coupe Davis cette année, n'allaient laisser aucune chance à Granollers et Lopez.

Réactions : 

Edouard Roger-Vasselin : "C'est le meilleur moment de ma carrière, quasiment le meilleur moment de ma vie. Il n'y pas de mots pour décrire ça. C'était trop bon. Je pense que l'on a très bien abordé nos deux derniers matches. On avait bien discuté avant la demi-finale, au sujet des émotions que l'on pourrait avoir. La finale, c'est notre meilleur match de la quinzaine. On sentait la victoire qui s'approchait. On a été très bons en claquant des retours, bons aussi au service et bondissants au filet. Et on a réalisé un tie break monstrueux."

Julien Benneteau : "Je suis persuadé que si j'avais gagné en simple le tournoi de Kuala Lumpur (en septembre 2013), je n'aurais pas ressenti la même émotion que celle-là, devant notre public. Je n'arrive pas à m'en rendre totalement compte. C'est un super moment. Je rêvais de cela quand j'étais gamin. C'était monumental, en particulier dans le tie break. Le fait que ce soit ici avec quasiment une tribune chacun pour nous, avec la Marseillaise sur le court et 30 ans après Yannick (Noah) et Henri (Leconte), cela fait beaucoup. J'ai de la chance. Nous avons prouvé, avec Edouard, que nous étions capables de réaliser un gros coup dans un grand événement."

 

Source :

http://www.ouest-france.fr/roland-garros-le-titre-en-double-pour-benneteau-et-roger-vasselin-2604059?utm_source=of_alerte-generale&utm_medium=email&utm_campaign=of_alerte-generale&utm_content=20140607&vid=042035060061059051097116014036040046060041125055041063

Posté par evynou35 à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 3 juin 2014

Roland Garros : Monfils dernier rescapé, et des retrouvailles espagnoles

 
photo le français, vainqueur, salue les nombreux spectateurs qui l'ont encouragé © afp

Le français, vainqueur, salue les nombreux spectateurs qui l'ont encouragé© AFP

Gaël Monfils, tombeur de Gabriel Garcia Lopez, reste le dernier Français en lice. Nadal et Ferrer, qualifiés, se retrouveront en quarts pour le remake de la finale 2013.

Gaël Monfils a, comme souvent, sauvé la mise des Français à Roland-Garros, en accédant lundi aux quarts de finale de Roland-Garros. Le Français, tête de série n°23, s'est qualifié pour la quatrième fois de sa carrière pour les quarts de son tournoi de cœur. 

Contre un autre joueur usé comme lui par la répétition des efforts, l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez (41e), le Parisien, demi-finaliste en 2008, s'est montré le plus frais (6-0, 6-2, 7-5). Pour un joueur ordinaire, le retrouver en quarts en Grand Chelem alors qu'il n'a pas joué dans le mois qui a précédé - en raison d'une blessure à une cheville - relèverait de l'impossible. Pas pour Monfils.

L'homme élastique a toujours eu une préparation chaotique pour Roland-Garros. En 2009, il n'avait joué avant qu'un match, à Monte-Carlo. Cette année, son total se montait à cinq matches joués, le dernier en avril. "À chaque fois que j'arrive ici, je me sens bien. J'arrive à développer un super tennis", a-t-il simplement constaté. Il lui faudra bien cela pour résister en quart à Andy Murray (N.7), un joueur qu'il connaît depuis très longtemps.

Le Britannique, demi-finaliste en 2011, s'est défait en trois sets (6-4,7-5, 7-6 (7/3)) de l'Espagnol Fernando Verdasco (N.24), un adversaire qui lui réussit bien puisqu'il l'a battu dix fois en onze rencontres.

"Des retrouvailles inéluctables" 

Il est difficile de dégager un favori car Murray, qui a subi une petite opération au dos à l'automne dernier, ne semble pas avoir encore complètement retrouvé son niveau de vainqueur de l'US Open en 2012 et de Wimbledon en 2013. 

L'Ecossais attend en tout cas avec impatience ce match. "C'est un fantastique athlète et un mec très sympa, a-t-il souligné. Il devrait y avoir quelques points amusants, à cause de la manière dont nous jouons l'un et l'autre."

L'autre quart prévu mercredi, pour peu que la pluie ne s'en mêle pas trop, ne devrait pas non plus manquer d'intérêt. Il opposera Nadal et Ferrer, les deux finalistes de l'an passé. Leurs retrouvailles paraissaient depuis quelques jours déjà inéluctables, tant les deux Espagnols ont survolé leurs quatre premiers matches.

Nadal, N.1 mondial et huit fois vainqueur à Paris, s'est promené lundi (6-1, 6-2, 6-1), comme lors de ses rencontres précédentes, face au Serbe Dusan Lajovic, 83e mondial. Alors qu'on s'inquiétait pour lui après un printemps récompensé par un seul titre, à Madrid, il n'a lâché que 23 jeux jusque-là et n'a pas concédé le moindre set. Mais ce chiffre est à relativiser, car il n'a encore rencontré aucun joueur du Top 50.

"Ce sera différent de l'an dernier"

Ferrer a connu une première semaine presque aussi paisible. La tête de série N.5 a concédé son premier set (6-3, 6-3, 6-7 (5/7), 6-1) face au Sud-Africain Kevin Anderson (N.19). Le Valencien a longtemps nourri un fort complexe d'infériorité face à Nadal. L'an passé, pour la première finale de sa carrière en Grand Chelem, il avait été inhibé par l'enjeu, et Nadal s'était montré implacable (6-3, 6-2, 6-3). 

Mais, même si ses statistiques contre le Majorquin sur terre battue (2 victoires, 17 défaites) ne portent guère à l'optimisme, Ferrer espère que les circonstances, différentes, mèneront cette fois-ci à un autre résultat.

"Ce sera différent de la finale de l'an dernier, pense-t-il. Le contexte, les conditions de jeu, le temps ne sont pas les mêmes. L'an passé, j'étais très nerveux. Je vais entrer sur le court en essayant de ne pas y repenser."

Ferrer a tiré des enseignements et sûrement de la confiance de leur dernier affrontement en quarts à Monte-Carlo en avril, où il s'était imposé en deux sets (7-6, 6-4).

Dans le tableau féminin, la journée a été marquée par le retour en grâce de l'Allemande Andrea Petkovic (N.28), qui n'avait plus joué de quart en Grand Chelem depuis 2011.

 

--------------------------

Source : Ouest-France

http://www.rennes.maville.com/sport/detail_-roland-garros-monfils-dernier-rescape-et-des-retrouvailles-espagnoles_fil-2561278_actu.Htm?abo=1758898&serv=36&utm_source=newsletter&utm_medium=email_interne&utm_campaign=lettre_information_maville&utm_content=sport&xtor=EPR-300-[lettre_information_maville]-20140603-[sport]-1758898@2

 

Posté par evynou35 à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]