Marie-Antoinette

 

Vilipendée par les uns, sanctifiée par les autres, l'"Autrichienne" Marie-Antoinette est la reine la plus méconnue de l'histoire de France. Il fallut attendre Stefan Zweig, en 1933, pour que la passion cède à la vérité. S'appuyant sur les archives de l'Empire autrichien et sur la correspondance du comte Axel de Fersen, qu'il fut le premier à pouvoir consulter intégralement, Stefan Zweig retrace avec sensibilité et rigueur l'évolution de la jeune princesse, trop tôt appelée au trône, que la faiblesse et l'impuissance temporaire de Louis XVI vont précipiter dans un tourbillon de distractions et de fêtes. Dans ce contexte, la sombre affaire du collier, habilement exploitée par ses nombreux ennemis à la cour de France, va inexorablement éloigner Marie-Antoinette de son peuple.

Tracé avec humanité et pénétration, ce portrait est assurément un des chefs-d'oeuvre de la biographie classique, dans laquelle excella l'auteur du Joueur d'échecs et de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.


Stefan Zweig, conteur hors pair, nous offre ici unebiographie détaillée de Marie-Antoinette.


Marie-Antoinette, née le 2 novembre 1755 à Vienne, quitte l'Autriche, son pays, et sa famille à 14 ans pour épouser le futur roi de France, Louis XVI. Elle n'est encore qu'une enfant. Et c'est seule, détachée à jamais de tout ce qui faisait son monde jusque là - pays, famille, etc. - que cette enfant est livrée à la France.

Lors de leur première rencontre, le futur roi de France ne paraît pas vraiment intéressé par la jeune fille.

"Mais Marie-Antoinette n'a rencontré dans la forêt de Compiègne ni un homme ni un amant : un fiancé officiel tout simplement."

Ce mariage politique scellera son destin et le fil noir de la fatalité. 

Ce somptueux mariage ne sera consommé qu'après sept années.

Louis XVI souffre d'une impuissance physique, cause de sa faiblesse psychologique, qui le rendra incapable de réellement se comporter en roi.*Cette insatisfaction charnelle, Marie-Antoinette la comble par une grande frivolité.

Et les relations de ces deux souverains leur confère une manque de crédibilité.

A la cour de Versailles, peuplée d'intrigants et de profiteurs, tout n'est plus que représentation. Plus rien n'y est créé.

"En revanche, ici, à cette cour précieuse et surannée, on ne vit pas pour vivre, mais uniquement pour représenter, et plus le rang d'un personnage est élevé, plus celui-ci a de prescriptions à suivre. Donc pour l'amour de Dieu, pas de geste spontané ; il ne faut pas être naturel, à aucun prix, ce serait là un irréparable manquement aux usages." 

Marie-Antoinette n'a jamais pu s'habituer à cette superficialité. Sa propre personne ne lui appartient plus. Elle est exhibée dans un palais tel un animal en cage. Elle doit s'oublier.

Après leur couronnement, Louis XVI, lui, est un "Roi de carton, sans grâce ni tenue, heureux seulement quand on le laisse en paix, désespéré et désespérant aux heures où il devrait réellement gouverner, il est le jouet de sa femme et de ses ministres. Si la Révolution, au lieu de laisser tomber le couperet de la guillotine sur le cou épais et court de cet homme apathique et sans malice, lui avait permis de vivre dans une maisonnette de paysan avec un jardinet, où il se serait adonné à une tâche insignifiante, elle l'aurait rendu plus heureux que ne le fit l'archevêque de Reims en posant sur sa tête la couronne de France qu'il portât, pendant vingt ans, sans orgueil, sans joie et sans dignité." 

Louis XVI et Marie-Antoinette sont deux êtres totalement opposés l'un à l'autre, moyens, qui n'ont absolument rien en commun Marie-Antoinette, elle, est une jeune reine toujours en mouvement.

"Et c'est ainsi que ses vingt années de vie royale s'écoulent dans un éternel tourbillon, dans une constante agitation dépourvue de tout but extérieur ou intime, politique ou humain."

"Elle n'aime que le jeu, l'amusement en tout et partout, elle déteste l'effort, le travail réel. Marie-Antoinette parle toujours sans réfléchir."

Pour Marie-Antoinette, seuls importent ses plaisirs. Elle est frivole, dépensière, coquette, insouciante.

La France est sensée être gouvernée par deux souverains qui n'ont ni l'envie ni le souci d'agir comme tel. Ils veulent la paix, et surtout ne pas être ennuyés ou dérangés. Le sort de la France, et la misère du peuple français, ne semble pas les préoccuper ni même les intéresser.

Grogne de la noblesse, qui, jalouse, se voit écartée du pouvoir. Grogne de la bourgeoisie et du grand public à l'encontre de cette reine, responsable de tous les maux et qui est trop paresseuse pour s'intéresser au sort du pays, mais s'occupe de politique sans y entendre rien, poussée par des influences néfastes.

La réputation de la reine est calomniée par pamphlets.

"Leurs efforts réunis atteindront bientôt le but désiré : faire détester Marie-Antoinette, la femme et la reine, dans toute la France." 

Après le procès du collier, Marie-Antoinette prend enfin conscience du fossé qui la sépare désormais du peuple français.
Toutes ses tentatives de mieux faire dès lors ne suffiront pas à entraver le processus révolutionnaire enclenché, ourdis par d'habiles manipulateurs.

Le 6 octobre 1789 "le roi, la reine et toute la famille (...) quittent Versailles pour toujours. Un chapitre de l'Histoire, dix siècles d'autocratie royale viennent de prendre fin.

Aux Thuileries, Marie-Antoinette se transforme. Elle prend en main les décisions, la vie de sa famille, le devoir.

Prisonniers aux Thuileries, la fuite de famille royale est programmée. Mais malheureusement, elle manque totalement de discrétion, de discernement et d'organisation. Le 21 juin 1791, le carrosse royal est arrêté à Varennes et redirigé vers Paris.

De retour aux Thuileries, la reine pressent la fin proche, inévitable.

"Dites donc à M. de Mercy que les jours du Roi et de la Reine sont dans le plus grand danger ; qu'un délai d'un jour peut produire des malheurs incalculables... la troupe des assassins grossit sans cesse."

Au moment grave de l'arrivée des révolutionnaires aux Thuileries, le Roi, encore et toujours, n'est qu'hésitation et indécision, et est incapable d'insuffler aux troupes sensées protéger la famille royale force et persuasion.

"Avant que le combat ne commence, il est déjà terminé."

Louis XVI, incapable de poigne et de décision énergique, les souverains quittent les Thuileries sans lutter.

"Le 13 août, à six heures du soir, la famille royale est amenée au Temple sous la conduite de Pétion - à six heurs du soir avant la tombée du crépuscule, car on veut que le peuple vainqueur puisse contempler son ancien maître et surtout l'orgueilleuse reine sur le chemin de leur prison."

Le 21 janvier 1793, Louis Capet, condamné à mort, est guillotiné.

Plusieurs tentatives pour faire évader Marie-Antoinette et les siens échouent. Peine injustement sévère, on la sépare de son fils. Et peu après, elle est amenée à la conciergerie.

C'est dans les derniers moments, dans la souffrance, que Marie-Antoinette est réellement devenue une reine dans toute sa grandeur au plus profond de son âme. Dans l'adversité, elle se transforme et devient royale et responsable.

Le procès de Marie-Antoinette se déroule à Paris le 16 octobre 1793, au terme duquel elle sera jugée coupable de trahison et condamnée à la peine de mort à l'unanimité.

Marie-Antoinette est morte guillotinée le 16 octobre 1793.

"A la fin de la vie des pensées jusqu'alors informes surgissent clairement dans l'esprit, elles sont comme d'heureux et brillants génies qui se posent sur les cimes du passé." 

Stefan Zweig nous offre ici une biographie riche en détails historiques et en explications psychologiques des évènements.

Il permet au lecteur de se retrouver proche de ces souverains, de les connaître intimement.

Il explique leurs réactions, leurs psychologies et leurs conséquences dans l'histoire.

Il nous dépeint la vie de ces monarques malgré eux avec beaucoup de précision.

Marie-Antoinette de Stefan Zweig est un témoignage poignant, touchant.


Marie-Antoinette- Stefan Zweig  Résultat de recherche d'images pour "liste livres stefan zweig"
Le Livre de Poche 

Source : http://livre.fnac.com/a313334/Stefan-Zweig-Marie-Antoinette

NB : pour ceux qui, comme moi détestait l'histoire enseignée à l'école, je vous conseille vivement de lire les livres de cet auteur qui vous réconciliera, à coup sûr, avec l'histoire de France !!!